Être fou. Mais pour qui ?

Un fou pour soi, car on a perdu sa voix/e?

Ou pour les autres, car on sort du lot ? Et peu importe que ce soit un petit ou un gros lot 😉 .

Car être soi-même , c’est prendre le risque que la majorité des gens ne nous comprennent pas. Pas obligatoirement dans tous les domaines, mais principalement dans celui qui fait notre singularité et qui n’est donc partagé que par une minorité. Mais cette minorité est déjà nombreuse. Alors pourquoi ne pas vouloir la rejoindre?

Par envie de ne pas déplaire , à ses proches ou à soi-même ?

Par désir de sécurité, caché derrière nos masques. Car notre vrai visage nous fait encore peur et s’il était dévoilé, nous imaginons que nous serions rejetés ?

Par conformisme ou rationalisation, du type : « je suis trop vieux pour ça », « si c’était possible, ça se saurait », « et qu’en penseront les autres », … ?

Pour éviter de se rendre compte qu’on aurait pu être nous-même bien avant, si nous nous l’étions autorisé ?

Fleur ressemblant à une boule de piquants
Fleur ou masse d’arme ?

La folie n’est-elle pas d’être tellement censé, que nous nous interdisons de réellement exister? Et derrière le fait d’être censé se cache logiquement l’auto-censure.

Et derrière tout cela, ne se cacherait-il pas tout simplement la peur d’être heureux et , par conséquent, de gêner ou de générer de la jalousie ?

N’est-ce pas un triste positionnement que s’interdire de jouir de sa vie, par respect pour le malheur ambiant ?

Désormais, j’ai choisi. J’assume ma folie, mes particularités et j’ai décidé désormais de faire de mon mieux pour ne plus me censurer et vivre mes envies de plus en plus. En effet, cette « folie » peut également être contagieuse et permettre aux autres, par notre exemple, à s’autoriser à être un peu plus eux-même. Et ainsi mettre un peu plus de légèreté , spontanéité et fantaisie dans nos vies.

Et vous, êtes-vous prêt à vous libéré de vos chaînes, quitte à devenir fou à lier ?

Un commentaire

  1. Il faut beaucoup de courage pour «accepter d’être soi».
    C’est aller à l’encontre du conditionnement quotidien que nous subissons depuis le plus jeune âge.
    À mon sens c’est un long chemin et il vaut mieux être bien entouré car peu de gens apprécie réellement la différence.
    Pour répondre à la question : oui et non, ou plutôt oui mais discrètement 🙂

Laisser un commentaire